HERMANN A MES COTES ME PARAISSAIT UNE OMBRE

Bourgeons de cassis, poivre noir, galbanum, calypsone, géosmine, encens, pepperwood, petalia, absolu de rose, patchouli, ambroxan…

Who goes beside you into the forest on the darkest night ? In Victor Hugo’s poem, « À quoi songeaient les deux cavaliers dans la forêt », (What Two Horsemen Were Thinking in the Forest), the narrator says “ by my side, Hermann seemed to me like a shadow. ”

We all have shadows, even at night in the dark forest. You may call yours by another name : your invisible friend. Your conscience, your soul, maybe even your complementary ego. Your shadow could have a name, like Hermann. Or your shadow could be your perfume. This is your companion. You can argue with your companion, you can challenge your companion, you can test the boundaries of your own attitudes. You can debate the finer points of existence. But you cannot lose this companion, not ever. This is your alternative self. As you move through life and contemplate its meaning, you ask unanswerable questions. When you’re overwhelmed with uncertainties, look to your shadow. Maybe you’ll get a response. Maybe not. But at least you’ll have an interesting conversation.

La nuit était fort noire et la forêt très-sombre.
Hermann à mes côtés me paraissait une ombre.
Nos chevaux galopaient. À la garde de Dieu !
Les nuages du ciel ressemblaient à des marbres.
Les étoiles volaient dans les branches des arbres
Comme un essaim d’oiseaux de feu.

Je suis plein de regrets. Brisé par la souffrance,
L’esprit profond d’Hermann est vide d’espérance.
Je suis plein de regrets. Ô mes amours, dormez !
Or, tout en traversant ces solitudes vertes,
Hermann me dit : « Je songe aux tombes entr’ouvertes ; »
Et je lui dis : « Je pense aux tombeaux refermés. »

Lui regarde en avant : je regarde en arrière,
Nos chevaux galopaient à travers la clairière ;
Le vent nous apportait de lointains angelus ; dit :
« Je songe à ceux que l’existence afflige,
A ceux qui sont, à ceux qui vivent. — Moi, lui dis-je,
Je pense à ceux qui ne sont plus ! »

Les fontaines chantaient. Que disaient les fontaines ?
Les chênes murmuraient. Que murmuraient les chênes ?
Les buissons chuchotaient comme d’anciens amis.
Hermann me dit : « Jamais les vivants ne sommeillent.
En ce moment, des yeux pleurent, d’autres yeux veillent.»
Et je lui dis : « Hélas! d’autres sont endormis ! »

Hermann reprit alors : « Le malheur, c’est la vie.
Les morts ne souffrent plus. Ils sont heureux ! j’envie
Leur fosse où l’herbe pousse, où s’effeuillent les bois.
Car la nuit les caresse avec ses douces flammes ;
Car le ciel rayonnant calme toutes les âmes
Dans tous les tombeaux à la fois ! »

Et je lui dis : « Tais-toi ! respect au noir mystère !
Les morts gisent couchés sous nos pieds dans la terre.
Les morts, ce sont les coeurs qui t’aimaient autrefois
C’est ton ange expiré ! c’est ton père et ta mère !
Ne les attristons point par l’ironie amère.
Comme à travers un rêve ils entendent nos voix. »

UGS : HER Mots clés : , , ,